3 outils pour lâcher prise quand on a la tête en chou-fleur

Mes 3 outils magiques pour lâcher prise quand j’ai la tête en chou-fleur

Cher journal, 

Plus j’avance et plus je réalise que l’entrepreneuriat est autant un chemin de développement personnel que de compétences.

Ce soir, je me revois à mes débuts.

Oh la !

Mon esprit est embrumé. Fatigué.

Je sais pas. Je sais pas. Je sais pas. Comme le chante Clara Luciani dans mes oreilles (bon ok, elle était en playback aux Victoires de musique mais je suis pas du genre rancunière).

Ca y est ! je sais !

Dans cette situation, j’ai 3 outils qui fonctionnent à tous les coups pour lâcher prise, me vider le cerveau et me reconnecter à ce qui est important pour moi.

J’en ressors détendue et recentrée vers la lumière au bout du tunnel.

Outil n°1 : écrire

Oui, écrire me permet de vider mon “grenier”, d’alléger mon mental. De me faire du bien quand les idées fusent dans tous les sens et que je ne sais plus quoi faire en premier.

Comment ?

Simplement, en écrivant le flux de mes pensées au fil de l’eau dans un carnet ou un journal, sur une feuille volante ou dans un fichier informatique. Mais le plus bénéfique, c’est vraiment quand la main est active sur le papier.

L’autre option qui fonctionne aussi très bien (validée et revalidée), c’est de dessiner dans mon carnet.

outil pour lâcher prise : dessiner. gribouiller. Inspiration zentangle.
Dessiner dans mon carnet entre deux prises de notes

Outil n°2 pour lâcher prise : gribouiller

Quitte à gribouiller. Raturer. Mélanger des mots et des dessins voire même du collage.

C’est même assez magique ! 

Car là, il peut y avoir un côté encore plus ludique en piquant le matos des enfants et en explorant la feuille.

Sans aucune consigne, l’exercice devient assez régressif car je peux déborder du cadre, faire des trucs de travers. Mettre les doigts dans la peinture. Voir ce que donnent quelques gouttes de café tombées par hasard sur la feuille…

Ca peut donner des trucs géniaux chelous. Alors, je ne me juge pas, je reste en mode exploratrice, hein. Sinon, ça ne me fait pas du bien et je perds tous les bénéfices de l’exercice.

Pas besoin d’être un artiste !

Que ce soit pour l’écriture ou le dessin, pas besoin d’être un artiste ! Mon objectif n’est pas de faire du beau, du stylé, du parfait ^^

L’idée, c’est juste d’exprimer sur le papier une citation inspirante, un coup de colère, un kif, une prise de conscience ou même… rien en laissant filer mon crayon sur le papier pour mieux vider mon cerveau.

Et, c’est l’état de flow qui me fait du bien (j’oublie tout autour de moi) et, en plus, ça me permet de muscler (indirectement) ma créativité.

Hummmm, tu te dis sûrement que ça a l’air bien sympa mais… ce n’est pas pour toi.

C’est ok et, en même temps, je te propose d’essayer au moins une fois.

Entre toi et toi. Pour voir. (Promis, personne ne verra rien)

Enfin… ressentir. Surtout !

Allez, je file ! Mes crayons m’attendent !

Stéphanie, entrepreneure débutante

PS : Tu as raté une de mes chroniques ? Retrouve toute la série dans cette rubrique dédiée : Chroniques d’une entrepreneure débutante.

PPS : Si tu veux explorer ce sujet de la créativité et de l’écriture pour se faire du bien, je te recommande « Libérez votre créativité » de Julia Cameron et les vidéos d’Anne-Marie Jobin.

PPPS : Tu veux connaître le 3ème outil magique ? Faire un câlin à mes ados. Me connecter à mes sens, à mon corps et à mes proches. Un câlin fait partie des solutions pour relâcher la pression, puisqu’il permet de réduire la tension artérielle et le rythme cardiaque. « Le contact humain avec de la tendresse permet d’abaisser nettement le stress et de se détendre, grâce à la production d’endorphines en grande quantité « , explique Gérard Leleu, médecin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.