planning éditorial, calendrier réseaux sociaux

Comment j’ai aidé Léa avec son planning éditorial

Ce matin, j’ai reçu une question de Léa : 

— “Mais comment fais-tu pour être régulière sur tes réseaux sociaux et toujours savoir quoi dire ? 

— j’ai un planning éditorial.

— ?!? Tu m’expliques ? On ne m’a jamais parlé de ce truc pendant ma formation en sophro. 

— ok, t’es dispo à 10h30 ? 

— Yep 😉

—  je t’appelle ^‿^ A tout à l’heure “

Résultat, nous avons passé 30 minutes au téléphone pour que je lui explique le concept et lui file un modèle de calendrier éditorial.

Un planning éditorial, c’est quoi ?

Un calendrier éditorial est un outil de pilotage qui sert à planifier les contenus web à produire pour une période donnée.

En fait, c’est surtout un guide pour t’aider à tenir ton rythme de publication et anticiper les moments forts de l’année comme le lancement d’une nouvelle offre.

Il est donc construit, a minima, avec les éléments suivants :

  • jour et date
  • thème abordé
  • futur contenu rédigé
  • l’objectif / l’appel à l’action (ce que l’on demande au lecteur)
  • le type d’illustration / format
  • support / réseau choisi

Dans le cas de Léa, l’objectif est avant tout de l’aider à se faire connaître ainsi que sa pratique et ses bénéfices.

modèle de calendrier éditorial
Télécharge toi aussi le modèle de planning éditorial

Les 5 conseils que je lui ai donné en plus pour son planning éditorial 

1 – Identifier tes sujets

Maintenant, c’est à elle de se poser sur son métier, sa manière de l’exercer et d’identifier aussi les besoins / blocages de son client type. En partant de là, elle aura de quoi imaginer pleeeeeeeiiin de publications.

Pour viser juste, elle doit vraiment partir de son client potentiel, des questions qu’il se pose (et lui pose régulièrement), de ses difficultés et de l’échange avec sa communauté (et, comme pour beaucoup de sujets, ce n’est pas une question de taille ^^).

Elle peut aussi opter pour des rebonds sur l’actualité en général et de la santé en particulier en se créant des Google Alertes par exemple et, en faisant son marché dans les marronniers comme la Fête des mères ou la rentrée scolaire.

2 – Définir tes formats

Enfin, j’ai surtout insisté sur le fait qu’il fallait qu’elle se montre. Qu’on voit sa jolie bouille et qu’elle raconte son parcours vers la sophrologie. Pour donner envie de la contacter, c’est super important de créer vraiment une relation (même virtuelle au début). Un prospect fera plus facilement confiance à une thérapeute dont il a déjà vu la photo (et le cabinet) et compris le parcours et les valeurs.

Et, s’il la voit régulièrement en vidéo, c’est même encore mieux. Mais bon, il faut aussi respecter le rythme et les appétences de chacun. Ce n’est donc pas pour tout de suite pour Léa ^^ Elle va donc commencer par du texte avec des photos.

3 – Etre au clair sur tes appels à l’action

Là, c’est le moment marketing pur mais stratégique parce que personne ne publie pour publier. Nous avons tous un objectif derrière la tête.

Pour Léa, il s’agit de se faire connaître, de créer un lien et de donner envie de prendre un rendez-vous avec elle. Il faut donc bien qu’elle soit vigilante à ce que ses posts servent ses objectifs de développement.

Le point de contrôle, c’est de vérifier que, dans chaque post, elle convie son lecteur à réaliser une action qui la fait avancer vers ses objectifs.

Ce qu’il faut retenir ?

Une publication = un message essentiel = un appel à l’action.

Léa n’était pas super inspirée par ce conseil. Je lui ai donc suggéré de surfer sur des sites marchands pour s’inspirer de ce qui lui donnait envie de cliquer ^^

Quelques exemples pour l’inspiration : commander, précommander, lire l’article, je m’inscris, réservez, je fonce !, oui, je le veux, profitez de 30 jours gratuits, si tu le veux, écris ** dans les commentaires, toi aussi profite de….

4 – Choisir un rythme que tu peux tenir

Je lui ai bien évidemment expliqué qu’il valait mieux commencer “petit”. C’est à dire commencer par publier, par exemple, deux fois par semaine car c’est la régularité – autrement dit, le rendez-vous avec le lecteur – qui prime. 

Si on garde cet exemple, en créant son planning, Léa va peut-être choisir de publier les mardis et jeudis. Elle aura ainsi 8 publications à créer pour le mois d’avril prochain. 

5 – Te bloquer du temps dans ton agenda pour la création de contenus et les commentaires

Et, elle peut même se bloquer une journée pour les rédiger, créer le visuel, rechercher les bons hastags – elle est sur Instagram – et programmer ses publication avec Creator Studio

Je l’ai prévenu qu’il fallait aussi qu’elle prenne en compte le côté « social » de ses publications. Oui, il s’agit bien de créer une conversation. C’est à dire des échanges. Elle prévoit donc du temps pour répondre aux commentaires sous ses publications mais c’est bien aussi d’aller commenter les publications des autres. D’être dans l’interaction. C’est aussi une jolie manière de rencontrer de nouvelles personnes qui peuvent avoir besoin d’un séance de sophrologie un jour ou l’autre.

Ainsi, fini les “posts poubelle” publiés à l’arrache.

Par contre, je l’ai prévenue. Ca ne l’empêchera pas de se planter. De faire des flops. 

Alors, rangeons la perfection au placard et amusons-nous à tester des trucs nouveaux voire même chelous !

Stéphanie, entrepreneure débutante

PS : Si tu ne sais toujours pas trop quoi dire sur tes réseaux, file consulter les marronniers de l’année 2022 !

PPS : Si tu veux faire plus ample connaissance, je t’invite à lire mes autres chroniques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.