fixer ses tarifs, billets, client, freelance, entrepreneur

Pas besoin de se prendre la tête pour fixer ses tarifs

Aujourd’hui, c’était la journée prise de tête. J’ai voulu retravailler mes tarifs et là, c’est bien souvent l’embrouille car je ne sais pas à quoi me référer pour être au bon prix.

J’ai l’impression que c’est la question que tout entrepreneur se pose sans avoir vraiment la réponse. 

Fixer ses tarifs pour se mettre en sécurité financière

Le seul truc que je sais c’est combien je veux gagner pour maintenir mon niveau de vie par rapport à quand j’étais salariée. Evidemment, ce n’est pas aussi simple que mon chiffre d’affaires = mon ancien salaire net.

Non, dans le calcul, il faut prendre en compte qu’un (micro) entrepreneur a des charges :

  • les charges sociales,
  • les assurances,
  • l’investissement dans du matériel (PC, téléphone…)
  • l’investissement dans la formation ou le mentorat
  • le temps passé à faire du commercial et de l’administratif,
  • les outils comme Canva ou la suite Adobe.

Par ailleurs, je sais quel est le chiffre d’affaires minimum que je veux encaisser chaque mois pour être en sécurité financière avec ma famille. C’est la somme de nos charges mensuelles pour la maison, l’alimentation, les assurances, l’énergie, les transports, l’hygiène…

Au bout de 6 mois d’activité, je sais que ma “vérité” sur mes tarifs est entre ces 2 repères. 

Quoique ! Pourquoi je ne continuerai pas à donner la même valeur à mon travail ? 

Mes compétences ne se sont pas réduites depuis que je suis devenue entrepreneure. Au contraire ! Je suis en train d’apprendre à devenir commerciale, drh, comptable… !

En écrivant ces lignes, je réalise à quel point nous avons tous tendance à minimiser nos compétences, nos savoirs, nos savoir-faire et nos savoir-être. 

Comme dirait mon amie Juliette, “On ne fait pas dans l’associatif, non plus. Il faut que ça nous permette de vivre pour pouvoir continuer à assurer notre prestation qualitativement.” 

Fixer ses tarifs pour se positionner sur le marché 

Evidemment, j’ai aussi cherché à connaître les tarifs de mes concurrents.

Pour ça, j’ai passé un bon moment sur internet à passer de site en site de consultant en communication. Pas facile de comparer car on ne sait jamais vraiment comment la prestation est délivrée et tout le monde n’indique pas son tarif. J’aurais pu demander des devis mais je n’ai pas pris le temps. 

J’ai filé sur Malt, la plateforme de freelances, en me disant que ce serait plus rapide. 

Mmm. Ca donne un ordre d’idée mais ce n’est pas folichon non plus. Parce qu’entre 250 € et 1600€ la journée, il y a un monde !

Bref, ça ne m’aide pas beaucoup non plus dans ma réflexion.

As-tu déjà calculé le nombre de prestations à 50 euros que tu dois réaliser pour vivre décemment de ton activité ?

Fixer ses tarifs pour aider ses clients

Si je veux augmenter mes tarifs, c’est aussi parce que je me suis rendue compte qu’il me fallait beauuuuuuuucoup de clients pour vivre avec ce premier tarif.

Si par exemple, je veux réaliser un chiffre d’affaires mensuel à 3000 euros, il me faut :
– 3 clients à 1 000 euros,
– 6 clients à 500 euros,
– 15 clients à 200 euros,
– 60 clients à 50 euros.

Et là, je me rends compte que je ne parle pas de tarif horaire mais de prestation ou forfait. A moi de voir ce que ça inclut ensuite en terme de temps passé pour le client.

D’ailleurs, il achète quoi mon client ?

Mon temps passé assurément mais aussi mon expérience, le résultat que je lui apporte, le fait que je contribue à réduire / solutionner son blocage.

Plus j’avance , plus je réalise que tout ça est en fait une histoire de ressenti. Et, c’est là que l’écriture ou l’art de savoir raconter une histoire (storytelling) est un avantage.

Parce qu’il y a une différence entre dire à un client que la prestation est à 1 000 euros ou lui dire que pour le prix du dernier Samsung, il a un accompagnement personnalisé (de l’audit à la mise en place des supports) à la réalisation de son plan de communication pendant 3 mois avec une experte formée au CFPJ…

En fait, je crois que fixer ses tarifs, c’est surtout une histoire de tests et d’ajustements. Tout en ayant en tête de les augmenter régulièrement car nous continuons d’accumuler de l’expérience.

Et, pour conclure, je te laisse avec cette citation qui résume bien le propos à avoir en tête au moment d’annoncer ses tarifs à son prospect :

« Le prix est ce que vous payez. La valeur est ce que vous gagnez. »

Warren Buffet

Stéphanie, entrepreneure débutante

PS : Dis-moi dans les commentaires comment cet article sur les tarifs t’inspire ? Une expérience à partager ?

PPS : Si tu veux faire plus ample connaissance, tu peux lire mes autres chroniques.

PPPS : Chiche, tu fais comme moi et tu augmentes tes tarifs de 20% pour le prochain devis ?

4 réflexions sur “Pas besoin de se prendre la tête pour fixer ses tarifs”

  1. Je dois justement fixer une offre de tarif puisqu’un client m’a fait le coup de « notre budget est de …et vous c’est…on vous laisse réfléchir ». En résumé, il a bien baissé le prix en ne sachant pas le temps et l’investissement que nous rédacteur/copywriter passons. Du coup, cet article me donne envie de me défendre et de rester sur mes positions. J’ai un crédit immobilier, des factures et ma propre bouche à nourrir ! Merci !

  2. Tu as bien raison ! Il faut savoir expliquer tout cela à son client. Et, lui redire la valeur de ta prestation. Autrement dit ce que tu vas lui faire gagner : du temps, de l’argent, une sérénité par rapport à la qualité de l’orthographe et de la grammaire de ton texte, aucune panique face à la page blanche… Bref, c’est un vrai service avec pleeeeiiiiiiin de bénéfices que tu lui rends. Alors, ne lâche rien !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.