video, un an, retour d'expérience

Le retour d’expérience sur mon idée folle

Viens, je t’invite dans les coulisses ! Je vais te raconter comment j’ai eu l’idée folle de réaliser une vidéo pour la première bougie de mon entreprise et quelles retombées je vois à ce stade.

D’où vient cette idée folle ?

Pendant le confinement, j’ai vu une vidéo qui m’a bien fait marrer : la vidéo de Shanty pour ses 7 ans d’entreprise. Dans ma tête, je m’étais donc mis de côté cette idée en me disant « Pourquoi pas. C’est inspirant ! « .

Et puis… Octobre est arrivé. J’étais plutôt en mode « je laisse tomber. Mes priorités sont ailleurs » quand j’ai reçu un cadeau. Oh surprise ! Les fameux biscuits personnalisés pour fêter cette première bougie.

J’ai alors posté ça sur les réseaux sociaux.

Résultat, ce commentaire !

commentaire shanty

Ouch ! J’ai un peu hésité. Puis, je me suis prise au jeu, j’ai écrit mon texte le soir-même. Je me suis couchée avec le cerveau en mode « scénariste / réalisatrice ».

C’était comment en studio ?

J’ai tourné ma vidéo toute seule. Je savais comment faire grâce aux quelques lives Facebook, visios ou rares vidéos que j’avais réalisés dans l’année. J’avais aussi suivi une mini formation avec Caroline cet été. C’est à cette étape-là que j’ai compris l’intérêt de l’expérience accumulée (et des erreurs faites auparavant) : j’avais le matériel (un micro + un pied), je savais quelles boîtes empiler pour mettre mon smartphone à la hauteur de mon visage (coucou, la Tour de Pise^^), je connaissais les défauts de lumière de mon bureau tout comme ce satané filtre bleu sur mes lunettes…

Idem pour le montage avec Movie maker. J’avais déjà fait 2 – 3 montages vraiment basiques avec ce logiciel simple et gratuit. Je n’ai donc ni tâtonné ni galéré pour monter mes séquences.

Ensuite, j’ai visionné, visionné et re-visionné le film. Résultat, l’émotion est montée et, avec elle, le doute.

Et, qu’est-ce qu’on fait quand on doute ? On va chercher l’approbation à l’extérieur. Mauvaise idée car j’ai dérangé la personne à qui j’ai envoyé la première version. Elle ne l’a pas regardé en entier et a trouvé ma vidéo « triste « . Résultat, une grosse frayeur et plus de doute !

J’ai hésité à demander un autre avis. Oh et puis… De toute façon, c’était fait. Et, c’était à mon image.

Par contre, j’avais entendu le bémol. J’ai donc décidé de raccourcir le slam car je me doutais que la note de tristesse venait de là (et non du blues^^). J’ai coupé 1’20 de scènes montées en me disant que je posterai mon texte intégral sur mon blog. Résultat, c’était plus cash parce que plus court.

Alors, j’ai serré les fesses et j’ai publié cette vidéo sur Linkedin et sur Facebook.

Qu’est-ce que je retiens ?

Cette drôle d’expérience m’a appris plusieurs choses :

  • Détourner quelque chose d’existant permet de créer de la connivence et d’engager une conversation.
  • Se mettre en lien avec une personne plus avancée que toi dans ton domaine peut te faire progresser.
  • Ecouter tes élans. Ils sont tes meilleurs guides pour te faire sortir de ta zone de confort avec plaisir et énergie. Demande-toi chaque semaine ce que tu vais faire de fou fou. Sans aucune préméditation ni stratégie. Pour mieux écouter ton intuition, en fait.
  • S’autoriser à bidouiller, à faire des trucs bofs. Ils te font avancer d’un pas à chaque fois. Jusqu’au jour où tu seras carrément à l’aise.
  • Ecouter les feedbacks autour de toi pour ce qu’ils sont, c’est à dire des commentaires sur ton travail et non sur ta personne.

Tu veux des résultats chiffrés ?

Ces 2 posts ont rencontré un taux d’engagement plus fort que mes publications habituelles. Ils m’ont aussi permis de nouer de nouveaux contacts.

Le taux d’engagement, c’est le nombre total d’interactions (likes, commentaires et partages) / le nombre d’impression du post * 100. D’ailleurs, s’il y a un indicateur à suivre sur tes réseaux sociaux, c’est bien celui-ci !

publications facebook linkedin
Ces 2 publications ont chacune rencontré un taux d’engagement d’environ 4%. Données au 20/10/2020.

La vidéo a aussi eu un impact sur mon blog car le bilan chiffré valorisé en même temps s’est classé en 2ème position de mes articles les plus lus.


Au fait, ce qu’il manquait à cette vidéo, c’est de la musique sur la partie slam. C’est d’ailleurs exactement ce que fait aujourd’hui Grand Corps Malade dans ses albums. Sans aucune prétention de ma part. D’ailleurs, si tu veux te marrer 5 minutes, je te recommande le clip de « Pendant 24h« , son duo avec Suzane.


A toi dans les commentaires : Quel est le prochain truc fou fou que tu vas faire ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *