miroir

Face au miroir

J’ai écrit ce texte en février 2019 dans la cadre de l’atelier Bloom de Florence Servan Schreiber. J’étais au bout d’un long cheminement. Et, l’écriture m’a aidée à y voir plus clair. A poser des mots sur mes émotions. Je te partage ici mes mots [maux] face au miroir.

Elle s’appelle Suzanne. Euhhh, non ! Impossible de porter ce prénom, symbole familial de tant de méchanceté et de jalousie. Ce sera donc Madeleine pour la sensibilité, la gentillesse et le réconfort quand on se niche dans ses bras.

Depuis trois ans, Madeleine est en crise. La quarantaine ? Le boulot dans lequel elle ne s’épanouit pas ? Dont elle n’arrive pas à partir alors qu’elle enchaîne les bilans de compétences, candidatures, entretiens, formations ? Elle s’ennuie et tourne en rond.

Madeleine est frustrée. Elle a le sentiment d’être dans un labyrinthe sans issue. Elle pousse des portes et rien ne s’ouvre.

Madeleine échange avec ses proches, lit des livres de développement personnel, fait des MOOC, s’inscrit à des ateliers, va voir un psy, rencontre une coach… Elle chemine. Lentement. Ça fait des hauts et des bas dans sa tête. Dans son cœur.

Et, récemment, elle réalise que ce n’est pas que le boulot, que la crise de la quarantaine. En fait, le miroir s’est petit à petit flouté depuis 2006. Elle s’est perdue. Elle s’est oubliée. Avec son boulot qu’elle a surinvesti, un mari au caractère dominant, ses enfants qu’elle fait passer avant sa vie de femme, elle s’est effacée. Elle est devenue transparente.

Le plus frappant ? Elle n’a jamais complètement adopté son nom marital. Elle ne l’utilise que quand elle se trouve dans des situations de « maman ». Mais la frontière ne peut pas être aussi nette entre vie pro / vie perso. C’est poreux. Aussi, elle ne sait jamais comment elle s’appelle quand elle se présente et ses interlocuteurs sont – eux aussi – perdus.

Mais, comme elle l’a affirmé récemment, elle se sent profondément « Madeleine Maréchal ». C’est SON identité. L’image est en train de revenir, par petites touches, sur le miroir.

Miroir, mon beau miroir

L’exercice du miroir

Place-toi face à un miroir. Regarde-toi dans les yeux en respirant tranquillement. Scanne ton visage. Regarde-toi comme les autres te voient. En contemplant cette image, choisis une petite victoire récente sur toi-même. Raconte-la à la 3ème personne. En décrivant l’histoire arrivée à cette personne que tu vois dans le miroir en 300 mots maximum. Pour simplifier la tâche, appelle cet individu par ton second prénom.

Un an après

Je n’ai rien changé dans ce texte écrit il y a un an. Je te l’ai livré brut. Cet exercice a cristallisé une prise de conscience progressive. Aujourd’hui, je sais que j’ai repris des couleurs. Je sais que je me réaffirme chaque jour un peu plus. Ecrire régulièrement m’aide à clarifier mes idées, à vider mon cerveau et à nommer mes ressentis.

A toi dans les commentaires, tu as fait l’expérience ?

Tu peux aussi découvrir un autre exercice centré sur le corps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *