taror, psychologique, tirer les cartes,

Avec les cartes, du jeu dans le « je »

J’avais le cerveau embrumé par le doute depuis quelques jours quand mon cerveau a bugué.

L’évidence était là. Très claire. 

Tirer les cartes à mes clientes.

Pour les aider à développer leur intuition tout en prenant plaisir à raconter une histoire. La leur.

J’y vois plusieurs bénéfices : se reconnecter à son intuition, développer sa créativité, renforcer son écoute de soi, écrire (encore et toujours^^) et permettre la prise de conscience tout en s’appuyant sur un outil ludique. 

Tu l’as compris. Je ne te parle pas de lire l’avenir ni de sortir ma boule de cristal ! Je ne suis pas voyante. J’ai juste envie d’utiliser les cartes comme des indices, des pistes pour mieux cerner une situation.

Les cartes depuis toujours

J’ai toujours aimé jouer aux cartes : Uno, tarot, kem’s, patience, réussite, bataille, pouilleux… Depuis toute petite. D’ailleurs, mes filles sont pareilles. Mon Chaton savait étrangement jouer au Uno avant même de savoir lire^^

Cette curiosité pour le tarot psychologique est l’aboutissement de plusieurs étapes : ma découverte (et plongée) dans le développement personnel, l’exploration de la méditation, l’envie de toujours mieux me connaître, le coaching, des rencontres…

J’ai commencé par les Cartes des Anges en juillet dernier. Il s’agit de tirer chaque jour une carte. Elle donne une “couleur” à la journée : Bonté, Relaxation, Liberté, Discernement… Le livret d’accompagnement et les illustrations fournissent une indication d’interprétation. Ensuite, libre à chacun de voir comment le mot s’illustre dans la journée, comment il peut guider des actions / décisions. C’est une ressource, un éclairage pour la journée.

carte des anges, liberté, oracle
La carte des anges « liberté »

J’ai ensuite craqué sur l’oracle de Margaux Motin. Sur le fond, il est à l’image de l’illustratrice. Léger et décomplexant. Sur la forme, je n’ai pas du tout accroché car les cartes sont trop grandes et ne se manipulent pas bien du tout. Du coup, je l’ai très peu utilisé…

Bref, j’en étais là de ma connaissance des cartes quand mon cerveau a bugué.

J’ai aussitôt filé m’acheter un premier tarot.

Mes nouvelles cartes

Non, pas un tarot de Marseille mais un Rider-Waide-Smith. Le modèle le plus répandu et le plus facile à lire quand on commence. 

Je me suis “enfermée” 3 jours pour me documenter, comprendre, apprendre et faire connaissance avec mes cartes.

Depuis, j’expérimente tous les jours. Je m’entraîne.

Sur moi. Car le tarot est aussi un bon moyen d’avoir une meilleure connaissance de soi.

Cette nouvelle pratique a plusieurs avantages. Elle active mon goût pour la lecture des indices (comme dans les polars que j’affectionne tant). L’interprétation se fait ensuite avec une bonne dose d’intuition et de créativité. Et, cerise sur le gâteau ! Je travaille mon écriture car c’est une histoire qui se raconte entre la question posée et les cartes.

Bref, je kiffe !

Merci à mon cerveau d’avoir bugué. 

Devant quoi ?

Une simple question :

“Quel sont les trucs hyper chelous que tu pourrais faire (si tu ne te bridais pas) pour créer une activité qui te ressemble un max ?”

A toi dans les commentaires :  Là, tout de suite, quel est le truc chelou qui te vient à l’esprit que tu pourrais mettre en place dans ton activité (pour qu’elle e ressemble plus) ? ?

Texte écrit en écoutant la playlist Acoustic Pop

2 réflexions sur “Avec les cartes, du jeu dans le « je »”

  1. Le Sage Catherine

    Hello Nathalie !
    le plus étrange est une idée venue me visiter il y a 3 jours : organiser ma stratégie business sur les cycles lunaires
    je laisse flotter l’idée, j’observe ce qui vient se connecter à cela et je démarre « pour de vrai » à la prochaine nouvelle lune
    belle coïncidence n’est-ce pas ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *